En guise de conclusion

Alors que la France a connu ces dernières décennies un certain nombre de crises sanitaires, la découverte de certaines pollutions comme celle des « détergents ménagers » est encore toute «  nouvelle »…Tout comme la prise de conscience de l’impact d’un grand nombre de substances chimiques intégrées dans d autres produits d’usage courant (les cosmétiques, les meubles, les matériaux de construction …). Tout cela est en train d’être « évalué », identifié, quantifié, en vue de hiérarchiser les problèmes et de trouver des solutions.

Comme le dit Paul De Haut : « cette situation remet en question les approches précédentes des politiques environnementales et sanitaires mais aussi les choix industriels et les options sur lesquels sont bâtis des pans entiers de l’économie de nos pays « développés »…

Pour participer au changement, je crois qu’il est possible, à titre individuel, d’amorcer de nouvelles habitudes. Je l’encourage en tout cas, en pensant avec appréhension aux « générations futures ».


Les commentaires sont fermés.