La question de la responsabilité

Si je suis ravie des avancées technologiques (je tiens beaucoup à ma machine à laver par exemple !) il me semble pourtant que suite aux 1ères pollutions identifiées (dans les années 60), les réajustements effectués ont été insuffisants.

Les interactions « invisibles » (mais pas « moins nocives ») des substances chimiques incorporées dans nos produits sur l’environnement et la santé des humains sont – depuis plusieurs décennies – dénoncées.

 

Je ne partage pas les points de vue qui consistent à désigner responsables :

-soit les fabricants, seuls

-soit les consommateurs, seuls

-soit les pouvoirs publics, seuls…

 

J’ai le sentiment qu’il s’agit d’une coresponsabilité. Que nous sommes tous invités au changement (de croyance, d’attitude…)Il me semble légitime d’exiger des lois qui nous protègent (et surtout les enfants), légitime de punir les abus ou d’espérer davantage d’études épidémiologiques et toxicologiques. Et il me semble aussi indispensable de réviser nos pratiques sans attendre que le gouvernement, les fabricants aient pris de nouvelles mesures…

 

J’ai pris conscience de mon « pouvoir » d’achat, et l’utilise désormais !


Les commentaires sont fermés.