2/ COMPRENDRE

Quelques repères

Je n’ai pas trouvé de document de synthèse qui me permettrait d’y voir plus clair…D’avoir une vue d’ensemble. J’ai donc décidé d’en créer un, en organisant l’information collectée.

*La première étape : consistait pour moi à faire un retour sur quelques « définitions » qui peuvent sembler au premier abord tout à fait « élémentaires »…mais qui ne le sont pas !

*La deuxième étape : à essayer d’analyser les éléments trouvés.

*La troisième, à inventorier des propositions alternatives.

A propos de « transparence »

Contrairement à ce que je croyais au départ, rien n’est « ni tout blanc, ni tout noir » !

L’information, qui me semblait trop souvent « inaccessible » ne l’est pas « forcément » parce qu’il y a une intention « sournoise » de la soustraire (pour nous « cacher » certains éléments…) Il peut arriver que ce soit le cas. Mais il me semble aujourd’hui que ce n’est pas systématique. L’information qui nous est délivrée est « partielle » la plupart du temps, parce que nous ne « savons pas  tout sur tout ».

A propos des étiquettes

Comme d’autres, je me suis longtemps laissée impressionner par le poids des mots : en imaginant que c’était « si savant », si compliqué que je n’y comprendrais jamais rien… Mais c’était sans compter sur la curiosité, l’obstination, la motivation à percer certains mystères! Je sais aujourd’hui que rien n’est sorcier : qu’il suffit d’un peu de persévérance pour comprendre ce qui, hier, semblait indéchiffrable. Je ne suis bien sûr pas devenue un as de la chimie! Et je ne sais pas non plus « par cœur » le nom de toutes les substances douteuses découvertes. Mais je peux désormais –loin de tout encyclopédisme! -comprendre le BA-ba de ce qui se cache derrière mon petit charabia de placard ! (et vous inviter à en faire autant)…

Notions d’ »hygiène « et de « propreté »

Actuellement, une famille française consommerait en moyenne : 5 litres de liquide vaisselle /une quinzaine de litres de nettoyant ménager/réaliserait environ 220 lessives(40 kg de lessive poudre).En France, au total, nous ferions :20millions de lessives par jour,utiliserions 10kg de poudre pour lave vaisselle par an. Tous ces produits partent dans nos rivières, après le passage par la station d’épuration, et ont des conséquences néfastes sur notre environnement…et notre santé !

Que représente l’ampleur de la  « pollution domestique » ?

Sans parler des produits cosmétiques (shampooing, savons liquides, produits coiffants, maquillage etc)si l’on se centre simplement sur les produits dits « ménagers », les actes élémentaires de la vie quotidienne (qui comportent le « lavage » des surfaces, des sols, du linge …),mis bout à bout, sont à l’origine de pollutions multiples.Je crois que je n’ai, pour ma part, jamais vraiment été « éduquée »sur le sujet.Que ce thème n’a pas été abordé dans la sphère familiale, scolaire, ou amicale.Mes « petites habitudes » se sont probablement construites par mimétisme, par influence télévisuelle, culturelle.Comme beaucoup d’entre nous, je ne lisais pas bien les « mode d’emploi »et dosais de façon «aléatoire» !La mousse était »le »signe apparent de la « propreté » … A ce propos, pour l’anecdote, je me souviens d’un « camp d’été »auquel je participais comme animatrice avec les scouts laïques. A l’heure de la petite lessive, l’un des enfants avait mis une (généreuse) dose de lessive liquide dans sa bassine, chantonné un air (connu !) de publicité en plongeant le vêtement dans l’eau et l’avait ressorti aussi sec en concluant : »c’est propre ! »( !!)A l’époque j’avais été choquée d’un tel « raccourci »…et ne me rendais pas compte que j’avais malgré moi la même croyance : « c’est le produit qui fait tout »…Il m’a fallu quelques années de plus de pratique, de lectures, de doutes, pour oser remettre en cause quelques « fondamentaux » !

Critique de l »’hygiénisme »

Chaque jour, nous entrons en contact avec une multitude d’objets : environ 30 par minute.Les enfants -quant à eux -portent leurs mains à la bouche (ou à leur nez) environ toutes les 3mn.Penser qu’on pourrait « venir à bout » des microbes me semble tout à  fait illusoire…

De plus, des recherches mettent en exergue le fait que ce serait déconseillé :en effet, vivre dans un milieu « aseptisé » réduit nos capacités immunitaires et favorise le développement de « bactéries résistantes »(qui s’adaptent pour contrer les substances bactéricides).

LE SAVIEZ VOUS ?

« Désinfecter » : c’est éradiquer les microbes mais…de façon provisoire ! Quelques heures plus tard ils sont là de nouveau;

Critique de la »négligence»

Il ne s’agit pas ici de négligence dans l’entretien du logement en tant que tel(acte de laver), car cela me semble de moins en moins fréquent, d’une façon générale, en France aujourd’hui.Par contre, j’identifie une « forme de négligence »plus subtile car non « visible » :l’excès d’utilisation de produits d’entretien classiques très agressifs  associée à l’idée de propreté… Quel lien avec la négligence est –ce que je fais ?Et bien j’observe et je crois que cet excès d’emploi de détergents de type antibactérien a tendance à induire un « manque d’hygiène »élémentaire.

Comme si la croyance que « le produit fait  tout » dédouanait des quelques efforts quotidiens nécessaires ! Ainsi, sans aller jusqu’à parler de se laver les mains après avoir manipulé de l’argent, pris les transports en commun ou s’être mouché( !)je pense que quelques notions de base de la « propreté » sont négligées : se laver les mains avant les repas, avant de cuisiner, après un passage aux WC, après avoir fait le ménage… Pour y avoir porté une attention toute particulière ces dernières années(car j’ai du me rééduquer moi-même sur certains points)je sais que c’est loin d’être « un acquis » ! Pourtant, j’ai conscience que si nous prenions quelques « bonnes habitudes » nous y gagnerions sur tous les plans sans avoir besoin d’avoir recours à des substances très agressives(ex des antibactériens, qui doivent être réservés, selon moi, aux hôpitaux)

Corriger nos »idées fausses»

Quelques précisions « techniques » :

1- un « désinfectant » ne « lave » pas…Une surface, pour être désinfectée, doitd’abord être lavée ! (on ne désinfecte correctement que ce qui est propre).

*A mon sens, donc, l’utilisation (répandue) de lingettes désinfectantes à la place de l’ eau+un agent lavant (et éventuellement d’un désinfectant après )laisse croire à certains que c’est « propre » alors que ce n’est ni « lavé », ni « désinfectée » …

*De même, une solution hydro alcoolique pour les mains……ne les « lave »pas…

2-La croyance selon laquelle « mélanger des produits entre eux augmente leur efficacité » est fausse.Et s’avère particulièrement dangereuse ! Si l’on prend l’exemple de la javel(chlore) qui est mélangée à un détartrant (acide) :on obtient une substance très dangereuse(le dichlorure)

3-Le « surdosage » non plus, n’augmente pas l’efficacité !Mais il augmente nettement le risque de toxicité(en laissant plus de résidus de produits sur les surfaces-qui seront en contact avec les enfants-ou par ex sur le linge :directement en contact avec notre peau)

Corriger notre »attitude»

Simple à retenir, la phrase :

 » -laver/-rincer (1 fois par semaine en moyenne) » comporte l’essentiel de la démarche. Nous reparlerons plus loin de la désinfection, qui n’est nécessaire QUE de façon occasionnelle en réalité.

Les commentaires sont fermés.