3/ Garde robe

-3-GARDE ROBES

(Couches, linge de corps, vêtements…)

COMPRENDRE

1-Les couches

ON REGRETTE

En France ce sont 800 000 bébés qui naissent chaque année.Un peu d’arithmétique :l’enfant consomme en moyenne plus de 4000 couches. Cela représente environ 2000 euros de « budget couches »…Ou encore : une tonne de déchets entre le moment de sa naissance et celui de sa propreté !Si l’aspect économique, ou l’aspect écologique, amènent certains parents à opter pour les couches « lavables », certains sont surtout préoccupés par l’aspect santé : la présence de substances chimiques douteuses dans ce produit de consommation courante.

IDEE RECUE

Non, les «couches lavables ou écolo»ce n’est pas ringard ! Dans le Bas-Rhin la maternité du Centre médicochirugical et obstétrical de Schiltigheim (CMCO)a choisi cette option dès 2010(chanvre et coton bio).Suivant ainsi l’avis de l’ADEME qui préconise l’usage de langes lavables au vue du million de tonnes de déchets produit chaque année en France !uniquement par les couches jetables…)

Y VOIR PLUS CLAIR

Mais au fait, qu’est ce qu’une couche ?

Elle pèse moins de 50 grammes, et absorbe jusqu’à 400 ml d’urine. La couche classique est constituée de 3 couches : une enveloppe extérieure imperméable à l’eau (polypropylène ou polyéthylène), un noyau absorbant (cellulose et gel super absorbant), et un voile conçu pour isoler la peau. Rien de sorcier apparemment… sauf que son efficacité, indéniable, est liée a l’usage de substances qui ont beaucoup questionné.

On lui reprochait en effet un mélange de produits chimiques sous forme de colles, gel, colorants, parfums de synthèse, agents biocides et produits blanchissants qui ne semblent soumis à aucune réglementation ni contrôle du gouvernement : benzol (reconnu cancérigène :dans les gels), TBT(tributyl étain) et autres composés organo-étain (hautement toxiques), furane, dioxine (résidu du blanchiment au chlore), composés organiques volatiles (COV)et le fameux Polyacrylate de sodium (SAP)fine poudre super absorbante dont l’innocuité est parfois remise en question …

Les dernières évaluations montrent cependant de notables améliorations !

Et les couches écologiques ?

Ils n’existe pas de couches « bio »ou totalement « biodégradables »en réalité, mais des couches « écologiques »5choix d’un mode de production respectueux de l’environnement et de la santé). Encore « imparfaits », ces produits ont un impact pourtant nettement meilleur sur l’environnement et sont plus respectueuses de la peau sensible des bébés. Crées à partir d’amidon de maïs non génétiquement modifié ou de cellulose de bois issu de forêts gérées durablement, exempts de parfums, non blanchis au chlore, sans agents conservateurs ……… les couches jetables écologiques (contiennent tout de même du SAP)

2-Le linge de corps et les vêtements

ON REGRETTE

Un certain nombre de substances indésirables : phtalates , formaldéhyde, métaux lourds,

nonylphénol(NPE), sont présents dans les vêtements pour enfants.

Le choix de l’origine du produit est important, car les textiles fabriqués hors de la Communauté Européenne sont encore souvent chargés en substances chimiques (de par une législation moins rigoureuse)

IDEE RECUE

Non, les « habits  neufs »ne sont pas « propres » !

Trop de gens les considèrent, à tort, comme prêts à porter. Ils sont pourtant remplis d’apprêts potentiellement allergènes qui entrent en contact direct avec la peau si nous ne les lavons pas(1ou plusieurs fois)avant de les porter…

BONNE NOUVELLE

Si l’aspect sécuritaire des vêtements est surveillé de très près (entre 2004 et 2006, l’Institut de veille sanitaire a fait état de trente accidents dus à des accessoires de vêtements pour enfants) en revanche il n’en est pas exactement de même concernant la composition chimique des textiles. La Commission de la sécurité des consommateurs a d’ailleurs demandé aux  pouvoirs publics français d’intervenir auprès des instances européennes afin de contribuer à l’adoption d’un texte européen interdisant la présence de substances dangereuses.

Les labels écologiques textiles restent une garantie de qualité :les labels internationaux Oeko-Tex 100 et 1000 sont apposés sur des textiles ne contenant pas d’éléments chimiques nocifs pour l’humain et son environnement. Bien qu’ils ne soient pas parfaits non plus, ce sont ce qui se fait de mieux pour le moment

 > Oeko-Tex 100 garantit que les textiles ne contiennent pas de substances indésirables pour la santé et pour la peau.

 > Oeko-Tex 1000 garantit non seulement que les textiles ne contiennent pas de substances indésirables, mais aussi que les fabricants respectent des normes écologiques de production sévères.

 Aujourd’hui, seul Max Havelaar propose une certification pour le coton équitable, mais uniquement en Afrique, et sur du coton conventionnel(pas bio…)Il n’existe pas encore de label pour les vêtements équitables qui prenne en compte à la fois la culture du coton et la confection sur l’Inde ou le Pérou.

 BioRe a élaboré un cahier des charges commerce équitable pour le coton.

AGIR

OPTION 1 « ON N’EST PAS ECOLO MAIS ON EST CURIEUX ! »

-Je décide d’acheter moins d’habits mais de meilleure qualité !(français ou européens de préférence)

-J’aère et je lave au moins deux fois tout vêtement neuf avant de le faire porter au bébé

-Pour laver les vêtements de bébé à la machine dès les premiers mois, je n’utilise pas de lessive agressive ,je renonce aux assouplissants et prévois (pour le linge de bébés seulement)un rinçage efficace (programme long)

-Si je ne peux pas faire sécher mon linge au grand air, je ne range pas le linge encore humide (même très légèrement) dans la penderie du bébé. (un coup de fer à repasser en mode « vapeur » est utile)

-Si j’ai un« petit budget»j’achète deux types de couches : des couches de qualité pour la nuit (contact prolongé avec la peau)et des couches de « qualité moins bonnes « pour le jour (changées souvent)

OPTION 2 « ON S’MET AU VERT! «

-J’évite le recours systématique aux couches jetables même écologiques(Marques Möltex, Grovia ….)

-Je teste les couches lavables( coton bio) et les services prestataires qui vont avec (lavage de couches)

-J’investis dans du linge de qualité (biologique), et équitable si possible (chanvre,coton, lin, laine…)

-J’utilise une lessive « écologique »labellisée(marque telles que par exemple ECOVER, SONETT,ETAMYNE DU LYS,BIOCOOP…)et renonce aux assouplissants (je peux utiliser des eaux florales en eaux de linge : que je pulvérise sur le linge étendu,mis à sécher ,si je tiens aux parfums !) ou j’essaie la boule de lavage qui ne contient aucun détergent.

-Je donne, j’échange, je réemploi, du linge de qualité quand l’enfant a grandi…

-Rappel :m^me «naturels », les équipements neufs pour bébé doivent impérativement être aérés et lavés au moins deux fois avant utilisation

OPTION 3 « ON ASPIRE AU MNIMALISME! »

Même remarque que pour le linge de lit : là encore privilégier les réalisations maison ou à la recupération de matieres nobles d’autrefois(coton, lin, chanvre etc)

 

Les commentaires sont fermés.